Guide norme NF C 15-100

L'édition actuelle de la NF C 15-100 est entrée en vigueur le 5 décembre 2002. Elle s'applique à toutes les installations des bâtiments dont la demande de permis de construire à été déposée à partir du 1er juin 2003.
Les préconisations décrites dans cette page, sont surtout destinées aux habitations.


Pourquoi une norme ?

La norme NF C 15-100 est un document de référence qui à pour but de fixer des règles de mises en oeuvre des installations électriques. La bonne exécution des ces règles permet d'assurer :

  • La sécurité des biens, des personnes et des animaux domestiques,
  • le bon fonctionnement des installations,
  • les besoins normaux en énergie électrique (en terme de disponibilité) et le confort des usagers.

La nouvelle version

Cette nouvelle version s'inscrit dans la continuité des précédentes en tenant compte :

  • des besoins actuels des exploitants et usagers,
  • de l'évolution des pratiques et de la mise en oeuvre des matériels,
  • de l'évolution des matériels.

Les principales évolutions sont listées ci-dessous

  • Le dispositif différentiel à courant résiduel de type A est obligatoire pour les matériels susceptibles de générer des courants à composante continue,
  • la mise en oeuvre de parafoudre dans certain cas,
  • la prise en compte dans le dimensionnement du conducteur neutre des courants harmoniques,
  • le contrôleur permanent d'isolement pour la surveillance des matériels hors tension,
  • l'introduction du coefficient 3 entre la sensibilité de deux DDR placés en série pour assurer une sélectivité totale (voir Pxxx),
  • l'évolution des volumes des salles d'eau,
  • la protection 30 mA généralisée à tous les socles de prise de courant pour les établissements agricoles,
  • pour les parcs de caravanes : 4 socles de prises de courant par coffret, protégés individuellement par un disjoncteur différentiel de sensibilité 30 mA,
  • le sectionnement du fil pilote obligatoire pour les installations de chauffage électrique.

Normes pour l'habitat

Pour l'habitat, cette version prévoit aussi les dispositions suivantes :

  • Protection des circuits,
  • choix des sections des dits circuits,
  • équipement minimum obligatoire.

Une installation doit pouvoir présenter un nombre suffisant de points d'utilisation pour assurer les besoins normaux des usagers à savoir au minimum ceux indiqués dans le tableau ci-dessous.
Les sections des conducteurs de circuits doivent être déterminées en fonction des puissances installées avec les valeurs minimales indiquées dans le tableau ci-dessous, et protégées par un dispositif de protection dont le courant assigné est égal à la valeur indiquée dans ce même tableau.

Nature du circuitSection mini des conducteurs en cuivre en mm2Courant assigné maxi In en AEquipement - Conditions d'installation
disjoncteurfusible
Eclairage
1,516108 point d'éclairage maximum par circuit,
2 circuits minimum dans les logements supérieur à 35 m2.
Chaque local doit être équipé au moins d'un point d'éclairage (ce point d'éclairage doit être placé au plafond dans la cuisine, les chambres et séjour).
Cette disposition ne s'applique pas aux annexes non attenantes (abris de jardin, garage …).
1 point d'éclairage doit être prévu par entrée principale et de service,
1 circuit spécialisé pour l'éclairage extérieur non attenant au bâtiment.
Prise de courant 20 A
2,520168 socles maxi par circuit
Prise de courant 16 A
1,516interdit5 socles maxi par circuit
   Le nombre minimal de socle de prises de courant 16 A doit être :
3 par chambre,
1 par tranche de 4 m2 avec un minimum de 5 dans le séjour,
6 non spécialisés dans la cuisine dont 4 à répartir au-dessus des plans de travail. Ces socles ne sont pas installés au-dessus du bac de l'évier ou des plaques de cuisson.
1 au moins dans les autres locaux supérieur à 4 m2 et les circulations, à l'exception des WC et annexes non attenantes (abris de jardin, garage …).
Prise de courant commandée
1,516101 interrupteur de commande pour 2 prises maxi (situées dans la même pièce),
1 télérupteur, contacteur ou autre dispositif similaire peut commander plus de deux socles.
Prise de courant spécialisée 16 A ou circuits spécialisés
2,520163 circuits (1) au moins destinés à alimenter des appareils du type lave-linge, lave-vaisselle, four, congélateur, sèche-linge
1 circuit doit être prévu pour chaque gros appareil électroménager supplémentaire.
VMC, circuit d'asservissement tarifaire, fil pilote, gestionnaire d'énergie
1,52interditLa protection associée à la VMC peut être augmentée jusqu'à 16 A (cas particuliers) Le circuit VMC doit comporter un dispositif d'arrêt Le disjoncteur dédié assure cette fonction.
Plaque de cuisson ou cuisinière
6 monophasé32321 circuit spécialisé doit être prévu (boîte de connexion ou socle de prise de courant)
2,5 triphasé2016
Four indépendant
2,52016circuit spécialisé (boîte de connexion ou socle de prise de courant)
Chauffe-eau
2,52016Circuit spécialisé
Convecteurs, panneaux radiants (monophasé)
2250 W
4500 W
5750 W
7250 W
1,5
2,5
4
6
10
20
25
32
10
16
20
25
Le nombre d'appareils est limité par la somme des puissances des appareils de chauffage.
Plancher chauffant (monophasé)
1700 W
3400 W
4200 W
5400 W
7250 W
1,5
2,5
4
6
10
16
25
32
40
50
interdit !Seuls des disjoncteurs doivent être utilisés pour la protection contre les surintensités des planchers chauffants.
(1) 2 circuits pour les logements inférieur à 35 m2

Maison individuelle 130 m2

Note : la gestion du chauffage n'est pas traitée.
schéma maison individuelle 130 m2
Note (1), parafoudre de tête : obligatoire dans certains cas. Lorsqu'un parafoudreest mis en oeuvre sur la partie puissance, il est recommandé d'en installer un sur le réseau de communication.
Note (2), sectionnement du fil pilote en provenance du gestionnaire de chauffage.

Afin d'équilibrer la charge, les circuits sont judicieusement répartis en aval des DDR. Pour préserver l'utilisation d'au moins un circuit dans une même pièce, il est recommandéde protéger les circuits des prises de courant et d'éclairage de cette pièce par des DDR différents.

Lorsque l'emplacement d'un congélateur est défini, il convient de prévoir un circuit spécialisé soit protégé par un DDR 30 mA, de préférence à immunité renforcée spécifique à ce circuit (type HI) Note (3), soit alimenté par un transformateur de séparation, afin de pallier les conséquences sanitaires sur les aliments, consécutives à des coupures indésirables.
La protection différentielle des circuits extérieurs alimentant des installations et des matériels non fixés au bâtiment doit être distincte de celles des circuits intérieurs.

(3) Type HI (Haute Immunité) :
Les produits à "immunité renforcée" réduisent les cas de déclenchements intempestifs lorsqu'ils protègent les équipements générant des perturbations (micro-informatique, congélateur …). Dans le cas du congélateur ou de l'informatique, cette protection HI est recommandée.

Dispositions supplémentaires

  • Conducteur de protection : il est obligatoire sur tous les circuits (conducteur de couleur vert/jaune relié à la prise de terre).
  • Tout circuit terminal doit à son origine disposer d'un dispositif de sectionnement sur tous les conducteurs actifs, y compris le conducteur neutre. (Les disjoncteurs et coupe circuit portant la marque NF ou NF USE remplissent la fonction de sectionnement).
  • Toutes les prises de courant supérieures ou égalesà 16 A doivent être d'un type à obturation.
  • Des circuits spécialisés doivent également être mis en oeuvre pour chacune des applications suivantes lorsqu'elles sont prévues : les circuits extérieurs, piscine, chaudière, pompe à chaleur, climatisation, appareil chauffage salle de bain, foncions d'automatismes domestiques etc.
  • Chaque point d'éclairage équipé d'un socle DCL doit être pourvu :
    soit d'une douille DCL munie d'une fiche récupérable 2P+T pour la connexion ultérieure d'un luminaire, (exemple point de centre),
    soit d'un luminaire équipé d'une fiche DCL.
  • Si le disjoncteur de branchement est différentiel, il doit obligatoirement être de type S (sélectif) et sa sensibilité est au plus égale à 500 mA conformément aux règles de la NF C 14-100. Ceci permet d'assurer une sélectivité différentielle totale avec les interrupteurs différentiels 30 mA placés en aval.
  • La résistance de la prise de terre à laquelle sont reliées les masses de l'installation doit être inférieure ou égale à 100 ohms.
  • Dans le cas ou l'installation est protégée par un parafoudre, il est recommandé d'installer un parafoudre sur les circuits de communication.
  • Tableau de commande, de contrôle, de protection et de répartition :
    les organes de manoeuvres des appareils doivent être situés entre 1 m et 1,80 m au-dessus du sol fini (limitation à 1,30 m dans les locaux pour handicapés ou personnes âgées)
  • Le disjoncteur de branchement prévu à l'origine de l'installation peur assurer la fonction de coupure d'urgence s'il est situé à l'intérieur du local d'habitation. S'il est situé dans un garage ou local annexe, il doit exister un accès direct entre ce local et le logement. Dans le cas contraire, un autre dispositif à action direct assurant cette fonction doit être placé à l'intérieur du logement.
  • Les tableaux de répartition principal et divisionnaire doivent présenter une réserve minimale de 20%.
  • Chaque circuit doit être repéré au tableau : local desservi et fonction.

Documentations techniques

Pour toute installation, un schéma, diagramme ou tableau est à remettre à l'utilisateur.
Les indications que doivent comporter ces documents sont :

  • Nature et type des dispositifs de protection et de commande,
  • courant de réglage et sensibilité des dispositifs de protection et de commande,
  • puissance prévisionnelle,
  • nature des canalisations pour circuits extérieurs,
  • nombre et section des conducteurs,
  • application (éclairage, prises …),
  • local desservi (chambre 1, cuisine …).

Maison individuelle 83 m2 : Installation conforme à la norme NF 15-100

Note : la gestion du chauffage n'est pas traitée.
schéma électrique maison individuelle 83 m2
Note (1) : obligatoire dans certain cas
Note (2) : depuis le gestionnaire

La Gaine Technique Logement (GTL)

La Gaine Technique Logement est exigée dans tous les logements neufs individuels et collectifs (il est admis qu'elle ne soit pas prévue pour les foyers logements).
En rénovation, elle est exigée dans le cas d'une réhabilitation totale avec redistribution des cloisons.
La GTL regroupe en un seul emplacement toutes les arrivées des réseaux de puissance et de communication. Elle doit permettre des extensions de l'installation électrique aussi aisées que possible et faciliter les interventions en toute sécurité.
Elle est exclusivement réservée aux matériels électriques et électroniques de l'installation et à leurs adductions.

Emplacement de la GTL

Elle est située soit à l'intérieur du logement, de préférence à proximité d'une entrée (principale ou de service), soit dans un garage ou local annexe.
Sa composition est listé par le contenu suivant :

  • Le panneau de contrôle, s'il est placé à l'intérieur du logement,
  • le tableau de répartition principal,
  • le tableau de communication,
  • deux socles de prise de courant 16 A 250 V 2P + T, protégés par un circuit dédié, pour alimenter des appareils de communication placés dans la GTL (équipements de communication numériques …),
  • les autres applications de communication (TV, satellite, interactivité …),
  • éventuellement : un équipement multiservices à l'habitat (domotique)

Réalisation de la GTL

Elle peut être réalisée avec des matériaux standards autorisés dans l'habitat (bois, PVC, maçonnerie), coffrets, goulottes ou à l'aide d'ensemble préfabriqué.
La gaine technique de logement peut être installée de trois façon différentes résumées dans le tableau suivant :

gtl : gaine technique de logementEncastrée
Semi-encastrée
En saillie

Dans le cas d'une installation en saillie, la matérialisation de la GTL peut se limiter à un système constitué par un ensemble goulotte(s) plus coffret(s).
La (les) goulotte(s) doit être facilement accessible du sol au plafond, pour le passage des canalisations et adduction avec une section minimale extérieure de 150 cm2 et une dimension minimale de 6 cm.

Dimensions de la Gaine Technique Logement

La gaine technique logement est une zone réservée de dimensions minimales dépendant de la surface du logement.
La gaine technique doit être disponible du sol au plafond.

Pour un logement inférieur ou égal à 35 m2 :
largeur 450 mm, profondeur 150 mm
Dimensions de la gaine technique
pour un logement supérieur à 35 m2 :
largeur 600 mm, profondeur 200 mm

Equipement de chauffage électrique

Dans le cas de chauffage électrique avec fil pilote, l'ensemble des circuits de chauffage (y compris le fil pilote) est placé en aval d'un même DDR et le sectionnement du fil pilote doit être prévu.
Le sectionnement du fil pilote est réalisé à l'origine des circuits de chauffage associés à la protection.
Cependant il est admis de prévoir un sectionnement :

  • général associé à un interrupteur général chauffage
  • indépendant
  • par le disjoncteur 2 A dédié au gestionnaire.

Pour les trois dernières possibilités de sectionnement, il faut apposer dans le tableau de répartition et dans la boîte de connexion de l'équipement de chauffage ce marquage : "Attention, fil pilote à sectionné" en rouge sur fond jaune dans un cercle rouge.
vous pouvez télécharger l'autocollant fil pilote (faire enregistrer l'image sous et l'imprimer sur le support désiré dans la dimension adéquate).

Marquage fil pilote à sectionné

Exemple d'application : sectionnement à l'origine des circuits :
schéma chauffage électrique

Protection des personnes - Salle de bain

La salle de bain est divisée en 4 volumes (0, 1, 2, 3). Les figures ci-dessous montrent les appareils pouvant être installés et leurs caractéristiques, ainsi que les dispositifs de protection ou le type d'alimentation correspondant.

Appareillage

Description appareillage de la salle de bain

Matériel d'utilisation

Description matériel d'utilisation de la salle de bain

Lorsqu'un faux plafond ajouré est disposé dans le volume 2 (hauteur comprise entre 2,25 m et 3 m) l'espace situé au-dessus de ce plafond est également assimilé à un volume 2.
Lorsqu'un faux plafond fermé est disposé dans les volumes 1 et 2 (hauteur sous plafond = 2,25 m) l'espace situé au-dessus de ce plafond jusqu'à 3 m est assimilé à un volume 3.

L'espace situé au dessous de la baignoire ou de la douche et sur leurs côtésest assimilé au volume 3 s'il est fermé et accessible par une trappe prévue à cet usage et pouvant être ouverte seulement à l'aide d'un outil. Dans le cas contraire, les règles du volume 1 s'appliquent à cet espace. Toutefois, dans les deux cas, le degré de protection minimal IP ×3 est requis.

(1) Les chauffe-eau instantanés peuvent être installés dans les volumes 1 et 2 à condition qu'ils soient raccordés à des canalisations d'eau en matériau conducteur.
Si les dimensions de la salle de bain ne le permettent pas, il est possible d'installer les chauffe-eau à accumulation comme décit ci-après :

  • dans le volume 2 si les canalisations d'eau sont en matériau conducteur,
  • dans le volume 1, s'ils sont de type horizontal et placés le plus haut possible et si les canalisations d'eau sont en matériau conducteur.

symbole des sources d'alimentation électrique

tableau des protections électriques

Protection différentielle haute sensibilité

Tous les circuits de l'installation doivent être protégés par des dispositifs différentiels à courant résiduel assigné au plus égal à 30 mA dont le nombre, le type et le courant assigné sont donnés dans le tableau ci-dessous.
Ce tableau concerne un branchement monophasé de puissance inférieur ou égal à 18 kVA, avec ou sans chauffage électrique.

Surface des locaux d'habitationNombre, type et courant assigné minimal In des interrupteurs différentiels 30 mA
Inférieure ou égale à 35 m21 x 25 A de type AC et 1 × 40 A de type A (1)
Entre 35 m2 et 100 m22 x 40 A de type AC et 1 × 40 A de type A (1)
Supérieure à 100 m23 × 40 A de type AC (2) et 1 × 40 A de type A (1)

(1) l'interrupteur différentiel de type A doit protéger notamment le circuit spécialisé cuisinière ou plaque de cuisson et le circuit spécialisé lave-linge.
(2) en cas de chauffage électrique de puissance supérieure à 8 kVA, remplacer un interrupteur différentiel 40 A de type AC par un interrupteur différentiel 63 A de type AC.

En cas d'utilisation de disjoncteurs différentiels, leur type et leur nombre sont au minimum ceux indiqués dans le tableau ci-dessus, leur calibre étant adapté au(x) circuit(s) à protéger.
La protection différentielle des circuits extérieurs alimentant des installations et des matériels non fixés au bâtiment doit être distincte de celles des circuits intérieurs.

Les dispositifs différentiels de type A

En fonction de la technologie utilisée, certains matériels d'utilisation sont susceptibles en cas de défaut, de produire des courants à composante continue.
Les différentiels de type A sont conçus pour détecter ces types de courants de défaut, que ne détectent pas les différentiels de type AC.

Sites pour normes électriques NF C 15-100

  • www.promotelec.com : Promotelec
  • www.marque-nf.com : la marque NF
  • www.afnor.org : AFNOR : Association Française de NORmalisation
  • www.ute-fr.com : UTE : Union Technique de l'Electricité et de la communication
  • www.cenelec.eu : CENELEC : Comité Européen de Normalisation en ELECtronique et en électrotechnique

Retourner au début de l'article

◄ Page précédente : Technologie

Page suivante : Prise de terre ►

Acces au Memo Electrotechnique